Ce qui peut faire échouer une création d'entreprise

Les 5 fautes qui font échouer la création d’entreprise

1)  Les clients ont les mêmes préférences que moi :

Avant de lancer un projet d’entreprise, il est obligatoire d’étudier le marché dans lequel on compte opérer. S’il n’y a pas une demande claire pour le produit et/ou le service à commercialiser, il y aura peu de chance pour que votre idée tienne la route. Quoi qu’il en soit, une évaluation de la situation du marché ne peut être que bénéfique car elle permet de recadrer la configuration du projet d’entreprise.

2)  Mon idée est innovante, la demande va suivre automatiquement :

Face à un produit nouveau et innovant, la réaction première est de chercher à savoir en quoi il peut être plus intéressant de le choisir au lieu d’un autre auquel on est habitué pour le même besoin. C’est une phase que les spécialistes du marketing appellent l’étape de l’initiation. Cette étape peut prendre du temps, ce qui est normal, mais pour une entreprise ce temps a un coût et nécessite une trésorerie solide. 

3)  Renoncer à mon projet à cause de la rudesse de la concurrence :

Créer une entreprise dans un environnement fortement concurrentiel peut paraître un défi car l’on pense que l’on aura peu de chance de percer. Ce n’est pourtant pas tout à fait vrai car la concurrence est une preuve qu’il existe déjà un marché pour le produit et/ou le service que l’on veut lancer. Reste à adapter l’offre pour profiter des insatisfactions et des réclamations formulées à l’égard des choix déjà existants et se distinguer par rapport aux autres.

4)  Ne pas tenir compte du nombre d’intervenants avant la décision finale :

Vous voulez lancer un produit / un service inédit et vous croyez qu’il obtiendra l’adhésion immédiate de vos prospects ? Erreur ! Peut-être que votre premier interlocuteur, le directeur des achats par exemple, trouve votre proposition séduisante et vous voyez déjà les bons de commande signés. Mais votre interlocuteur initial n’est pas habilité à prendre ce type de décision tout seul, d’autant que le produit proposé est innovant et doit être soumis à l’avis de plusieurs départements, ce qui peut prendre plusieurs mois !

5)  Se lancer sans coussin financier pour amortir un éventuel échec :

Nul ne peut prévoir tous les aléas qui ne manquent pas de surgir lors d’une création de société au Maroc : pénurie, crise sociale ou économique, changement d’habitudes,... Il faut donc s’attendre à tout et prévoir des mesures permettant une sortie honorable et un possible redémarrage.